Tourisme

Quel développement pour le tourisme au Tévelave?

Le Village du Tévelave regorge d'atouts géographiques, humains et patrimoniaux.

tevelavetourisme.jpg

J'ai insisté pour que le Tévelave adhère à "Village créole" en 2002 parce que j'ai perçu les enjeux de cette charte. C'est aujourd'hui un critère indispensable pour s'inscrire à la ligne budgétaire "structuration de bourg". Gérer c'est prévoir. Là cette anticipation offre aujourd'hui des perspectives pour le Tévelave. Si nous voulons accorder une dimension plus conséquente à la destination, Il est temps de prendre de véritables mesures. Ainsi, je propose de créer une salle d'exposition et d'activités qui pourrait être un pôle d'attraction pour les touristes et les habitants. Il y a aussi nécessité à améliorer en profondeur l'espace pique-nique, ainsi que le local dédié à la restauration. Pour capter la clientèle de passage, nous devons soutenir et conforter les animations touristiques. En outre, la place centrale devrait être aménagée et embellie, avec des panneaux d'indication plus visibles.

Je crois fortement dans ce développement touristique générant des emplois dans un secteur qui pourrait être porteur.

Jean-Daniel DENNEMONT

Quel développement touristique pour le Tévelave?

 

L'aire de pique-nique du Tévelave Direction vers l'Eglise du Tévelave

L'éco-musée du Tévelave, géré par Far Far

Le Village du Tévelave regorge d'atouts géographiques, humains et patrimoniaux. Diverses études ont été menées depuis 2001 en vue d'aider le Tévelave à connaître sa voie et à valoriser ce territoire. Dans ma pratique, j'ai contribué à mettre ensemble différents partenaires, aux objectifs parfois divergents, qui se sont impliqués dans une démarche de développement local. Ainsi, de ce travail, nous avons pu, avec les habitants, les acteurs et prestataires touristiques, les élus,... remettre en selle l'Association pour le développement du Tévelave (ADT) qui était en sommeil depuis des années, inscrire la destination "Le Tévelave" dans le dispositif "Village Créole" initié par la Maison de la Montagne, relancer une fête à vocation départementale, structurer les acteurs touristiques au sein de l'association "Vert Horizon", mettre en place un référent Village créole, créer un éco-musée,.. Plus récemment, en 2009, la ville des Avirons a intégré la démarche structuration de bourg, outil auquel j'ai vu l'intérêt dès 2001 puisque générateur de moyens financiers importants. Elle a permis de mener une étude afin de dégager des axes de travail prioritaires.

L'adhésion à "Village créole" en 2002 était une étape incontournable pour s'insérer à la ligne budgétaire "structuration de bourg". Gérer c'est prévoir. Là cette anticipation offre aujourd'hui des perspectives encourageantes au développement touristique du Tévelave. D'où l'enjeu d'une ambition politique pour dynamiser ce secteur. Le temps des véritables mesures doit prendre le dessus sur les "mesurettes" si nous voulons accorder une dimension plus conséquente à la destination "Le Tévelave". Ainsi, une salle d'exposition et d'activités pourrait être un pôle d'attraction pour les touristes et les habitants. Il y a aussi nécessité à soutenir une amélioration en profondeur de l'espace pique-nique, ainsi que le local dédié à la restauration. Pour capter la clientèle de passage, nous devons soutenir et conforter les animations touristiques. En outre, la place centrale devrait être aménagée et embellie, avec des panneaux d'indication plus visibles. Je crois fortement dans ce développement touristique générant des emplois dans un secteur qui pourrait être porteur.

Jean-Daniel Dennemont

Des avironnaises au pique-nique du "Gîte de France"

L'association des "Gîtes de France, en partenariat avec l'OTI, a organisé ce dimanche un pique-nique créole sur l'aire des Platanes aux Makes. Une dizaine de propriétaires de chambres d'hôte et de tables d'hôte des secteurs de la CASUD et de la CIVIS se sont donnés rendez-vous dans la fraîcheur des hauts. Le public présent, environ 250 personnes, ont pu participer aux différentes activités qui leur étaient proposées telles que la pétanque, les activités équestres, le VTT,...

Deux adhérentes avironnaises s'investissent beaucoup à valoriser ce label "Gîte de France". Il s'agit de Mme Boyer France-May, propriétaire d'une table d'hôte au Tévelave, et de Mme Tipary Marie-Anne, dont le journal de l'ile du lundi 25 juillet, parle d'elle, avec un titre évocateur : "Marie-Anne Tipary, gramoune endémique de la Réunion". Sa structure est la première à avoir obtenu le label en 1984. Marie-Anne souligne que tout ce que les gens mangent vient de son jardin. Venez apprécier l'accueil et la qualité des plats proposés par nos avironnaises!

undefined

Mme Tipary, "gramoune endémique de la Réunion" (Photo Journal de l'Ile)

Les bonnes adresses : Mme Tipary Marie-Anne : 17, Route du Tévelave 97425 Les Avirons tél : 0262380071

                                Chez Mamie : 371, Route des Vacoas 97425 Les Avirons Tél : 0262380039 ou 0692825527

                                

"Iles vanille" : encourageons le développement touristique de la Réunion!

Le concept d' "Iles Vanille" peut être porteur d'une ambition touristique pour l'océan indien. S'appuyer sur le savoir-faire mauricien pour ramener des touristes venant de pays qui transitent très peu vers la Réunion, c'est un raisonnement pertinent. Que l'Etat français aide pour l'obtention de visas pour les étrangers venant de certaines destinations, chinois, sud-africains, indiens,... C'est une excellente initiative. Mais ces dispositions ne concernent que les passagers qui passent par l'île Maurice. Alors là, il y a une incompréhension!!! Dans cet accord, la compagnie régionale, Air Austral, véritable fleuron de notre économie réunionnaise, ne bénéficie pas de cet avantage lorsqu'il transporte ces étrangers actuellement pour les acheminer vers notre île de la Réunion.

Pour un gouvernement qui prône à tout bout de champs le développement de l'économie endogène, il fait exactement l'inverse. Il faut se ressaisir en facilitant la venue des touristes étrangers vers la Réunion. L'Etat doit accompagner les initiatives d'Air Austral. Je ne crois pas qu'il y aurait un afflux d'immigrés vers la Réunion parce qu'on contribuerait à la venue de touristes dans notre Département. Ces bloquages administratifs montrent la méconnaissance de nos réalités locales par les bureaucrates qui décident depuis Paris!

Jean-Daniel DENNEMONT