Thierry Robert détruit la culture à Saint-Leu

En 2008, à l'arrivée de Thierry Robert à la Maire de Saint-Leu,  Sakifo a été transféré à Saint-Pierre. Aujourd'hui le directeur du Séchoir confirme que "Leu Tempo Festival" est en danger. Je retrace ci-joint deux article parus dans la presse ou sur le web de Saint-Leu lé la et du conseiller municipal Joel PONTALBA.

de Saint-Leu en 2008 à cause de l'intransigeance du maire Thierry Robert, après la fin du Keep'In Touch, c'est au tour du Leu Tempo Festival d'être menacé de mort. Dans l'édition de ce dimanche 08 mai 2016, le directeur du Séchoir, organisateur du Tempo Festival, craint pour la survie de cet évènement culturel phare de la Ville. En effet, en raison de la baisse drastique de la subvention municipale, c'est l'existence même de Tempo Festival qui est remise en cause.

Dans le même temps le député-maire et conseiller régional s'insurge contre les artistes en tournée aux Seychelles et contre le troupe emblématique de notre île. Çà commence à bien faire contre la culture à St-Leu et contre la culture réunionnaise en général de la part du président du LPA.

 
Saint-leu était reconnue comme une ville culturelle dynamique grâce au travail de nombreux acteurs. Malheureusement depuis 2008, la majorité municipale n'a pas su ou voulu accompagner les structures et acteurs culturels de la ville. 

Huit ans plus tard, le constat est donc sans appel: Après le départ du Sakifo Festival à Saint-Pierre, Leu Tempo Festival est sur le point de disparaître à son tour. 

La dix-huitième édition du Tempo Festival a confirmé ce manque de volonté politique. Faute de soutien significatif de la municipalité, le festival s'est déroulé pour la première fois sur quatre jours au lieu de cinq et la fet dan somin s'est résumée à une fet de tambours batucadas, tambours qui pour le journal le Quotidien, "ont littéralement vampirisé un cortège associatif qui nous avait habitués à plus d'éclectisme et de richesse". 

Toujours dans le Quotidien de ce dimanche, le directeur du Séchoir dresse un bilan accablant qui sonne comme un désaveu à l'égard de la politique culturelle de la majorité municipale.En effet, le directeur du Séchoir, a le sentiment de revenir "trente ans en arrière" et s'inquiète de l'avenir du Tempo Festival et des 14 salariés du Séchoir, structure dont il dit ne pas vouloir "être le fossoyeur". 

L'opposition municipale regrette cette situation préjudiciable pour notre commune et apporte son total soutien à l'équipe du Séchoir. 

Joël PONTALBA 
Conseiller municipal d'opposition
 

 

Dimanche 8 Mai 2016 - 16:43
 

Culture Saint-Leu

Ajouter un commentaire