BP 2013

Un budget tape-à-l'oeil

 

Le maire présente au conseil municipal son budget primitif 2013. Tout est déjà ficelé et bouclé. Autant dire qu’il n’existe plus de marge de manœuvre. Pour moi, le vrai débat démocratique se situe avec les Avironnais. C’est pourquoi je ne participe pas à ce conseil municipal essentiellement dédié au Budget Primitif. Je préfère m’adresser aux Avironnais directement pour présenter mes orientations et ma vision de l’avenir.

 

1-   Nos interventions obligent le maire à réagir :

 Je m’inscris en tant que force de propositions pour améliorer le quotidien des Avironnais. Nos interventions auprès de la population ont obligé le maire à réagir sur certains aspects. Aujourd’hui il réagit dans l’urgence électorale.

 Nous avons sensibilisé les habitants de Fonds-Maurice sur le fait que leur quartier a été négligé depuis 25 ans.

 Nous sommes intervenus sur la question de l’eau impropre à la consommation au Tévelave. En novembre 2012, dans un courrier adressé à la population du Tévelave, nous avions réclamé des travaux pour régler ce problème.

 Nous avions réclamé une amélioration du réseau routier aux Avirons.

Depuis plusieurs années le maire a colmaté grossièrement les routes des Avirons mettant en souffrance nos véhicules et maintenant un an avant les élections il injecte la majeure partie du fond de l’investissement dans l’enrobé.

 A l’approche des échéances électorales de 2014, on voit bien que le maire veut faire du tape-à- l’œil. Je ne veux pas que ce soit simplement du replâtrage.

 Je tiens quand même à rappeler que plusieurs projets étaient inscrits dans les budgets primitifs précédents mais qui n’ont pas vu le jour tels que les trottoirs du club 3ème Age jusqu’au chemin de Ligne ou la rénovation de la rue Maximin Lucas déjà programmée en 2012.

 C’est lorsqu’on s’adresse directement aux Avironnais(es) qu’il y a une réaction du maire. Je n’ai cité là que quelques exemples.

 En outre, nos multiples interventions (médias, courriers,…) ont contraint le maire à réagir en créant ou en rénovant des équipements. Cependant aucune action n’est mise en place pour assurer un bon fonctionnement de ces structures. Je cite le gymnase, la salle Georges Brassens, le Relais de l’Insertion ou la médiathèque où le minimum est mis en place et qu’il n’y a rien pour accompagner la jeunesse et la population vers ces espaces.

 Il me semble judicieux de créer une dynamique avec les associations, les habitants et les écoles pour que les jeunes se retrouvent dans ces lieux destinés à leur épanouissement.

 2-   La politique du maire exclut les Avironnais :

La politique mise en place depuis plusieurs années aux Avirons génère l’exclusion  des Avironnais.

 1-   De plus en plus d’avironnais sont exclus des postes à responsabilités créés aux Avirons.

 2-   De plus en plus d’avironnais ne peuvent plus accéder à la propriété car le coût du foncier est trop élevé aujourd’hui.

 3-   Des quartiers sont en voie d’aménagement sans qu’il y ait eu de concertation au préalable avec les habitants concernés. Les résidents constateront prochainement l’arrivée d’un afflux de population. Le Chemin Pavé, Le quartier Bas du Tévelave et le Fonds-Maurice. Je dis OUI à l’aménagement des quartiers lorsqu’il s’agit d’une amélioration de leur cadre de vie. Je dis NON lorsqu’il s’agit de contraindre les habitants à accepter une urbanisation irréfléchie.

 Par ailleurs, les Avironnais sont victimes de la négligence du maire qui traite les dossiers avec légèreté : 

  1-   la santé publique :

 Regardez  le peu de considération accordé à ces 60 familles concernées par la mauvaise qualité de l’eau au Tévelave.

 2-   la sécurité :

 Le manque de sécurité aux abords des écoles (lycée et collège) devient de plus en plus une réalité aux Avirons. Le climat d’insécurité se renforce aujourd’hui dans la commune. Face à cela, la police municipale n’a pas les moyens de protéger les Avironnais et cela dans un contexte où la gendarmerie n’est plus basée aux Avirons.

 3-   Des projets nécessaires pour les Avirons, pourtant négligés par le maire :

Ce budget primitif 2013 ne répond pas à l’évolution des problématiques rencontrées aux Avirons. Mon approche de la politique m’amène à être un élu qui apporte des réponses là où il y a des manquements. Ainsi, je propose des solutions pour améliorer les conditions de vie de nos administrés :

 Nous avons besoin d’une véritable politique en faveur de la jeunesse 16-30 ans :

 Le mal être de la jeunesse s’exprime depuis quelques temps à la Réunion. La commune des Avirons n’est pas épargnée.

 Des échauffourées ont eu lieu à plusieurs reprises dans notre ville.

 Les 16-30 ans sont confrontés aux difficultés à accéder à l’emploi ou à des formations susceptibles de déboucher sur un emploi.

 Je propose d’inscrire une ligne budgétaire en faveur des projets professionnels et de formation.

 Aussi, je préconise de donner au Relais de l’Insertion les moyens d’impulser une dynamique en faveur de l’insertion professionnelle des jeunes avironnais. Ils doivent bénéficier de tous les dispositifs existants.

 Le désengorgement et la redynamisation du centre ville des Avirons :

 Le problème des embouteillages en centre ville n’est pas réglé. L’aménagement de parking est une nécessité. Il faut redonner une seconde vie au cœur de ville. Il faut rapidement délocaliser le service technique.

 Il est urgent de désenclaver certains écarts de la commune :

  En 2013, plusieurs secteurs sont encore totalement enclavés. Au niveau du Brûlé, la ruelle Carmery, au sentier Mescènes, ou à l’Impasse des Capucines au Tévelave, la situation est insupportable pour les familles qui n’ont aucune possibilité d’accéder jusqu’à leur domicile en voiture.

  Leurs véhicules sont garés à distance de leur maison. On peut imaginer toutes les contraintes lorsqu’il faut acheminer tout ce qui est marchandises, meubles ou divers matériels lourds, poubelles, ou lorsqu’il y a un malade à déplacer.

 Cette réalité est humainement inacceptable en 2013.

 Il n’y a eu aucune volonté du maire d’améliorer la  qualité de vie de ces personnes.

 La titularisation du personnel communal doit être équitable :

 La majorité du personnel communal et notamment du service des sports et des atsem ne sont pas titularisés. Pourtant, ce personnel fait un travail remarquable pour assurer le bon fonctionnement de la collectivité municipale.

 Cette profonde injustice doit être réparée en 2013.

 

Les projets du maire seront validés par le conseil municipal à la virgule près. Là où on peut faire bouger les lignes et contraindre le maire à s’aligner sur nos propositions, c’est lorsque je m’adresse   directement aux Avironnais. Ce type d’intervention a une portée plus conséquente aujourd’hui.

                                                                   Jean Daniel DENNEMONT

 

 

Lire la suite