La filière canne-sucre est en danger à la Réunion

La chambre d'agriculture et la CGPER ont tiré la sonnette d'alarme ce dimanche concernant l'avenir de la canne à la Réunion. En effet, les quotas sucriers et les prix garantis seront revus pour octobre 2017, c'est à dire dans 3 ans. 

L'application de la seule loi du marché aura de fortes conséquences sur les petites économies comme la Réunion. Dans une Ile où le taux de chômage est important, nos élus réunionnais ne doivent pas rester insensibles à un secteur qui génère 12 000 emplois directs et au total environ 23 000 emplois.

Il est temps de se mobiliser pour que l'Europe continue à garantir l'achat du sucre réunionnais au delà de 2017. Si tel n'est pas le cas, L'Etat doit être en mesure de compenser les pertes de la filière canne. Pour mémoire, La France a été en mesure de sauver la filière banane aux Antilles en ce début d'année.

Dans cette période charnière pour la Réunion, la présence d'un Député Européen représentatif politiquement  s'impose. Un député ne peut être isolé dans sa démarche. Il n'aura aucun poids politique pour faire avancer la cause réunionnaise. D'où la nécessité d'être porteur d'un projet ambitieux pour sauver un secteur menacé par des décisions européennes.

Canne-sucre

Ajouter un commentaire