Avec vous

La coopérative des Avirons change de président à la surprise générale!

La coopérative des Avirons change de président après de grosses pertes La nouvelle est tombée hier après-midi, Jean-François Rivière président de la Coopérative des Avirons depuis 1989 a été débarqué hier par une majorité d'administrateurs et remplacé par Ary Mondon. Plusieurs raisons pourraient expliquer le vote des administrateurs : des absences trop longues, couplées à un déficit d'environ deux millions d'euros l'an dernier, d'après l'article de Pierrot Dupuis de Zinfos 974.

 Selon un administrateur qui a souhaité garder l'anonymat, c'est la conjonction du déficit et des absences répétées du président qui les a poussés à ce putsch. "Selon différentes sources, Jean-François Rivière était très pris par ses activités à Madagascar où il gère diverses sociétés (Sogapri, Picor, Madavi). On lui reprocherait donc officiellement de passer l'essentiel de son temps à Madagascar et de ne venir que toutes les trois semaines ou tous les mois  passer quelques jours à la Réunion pour gérer la coopérative" dixit Zinfos 974.  

 Aux Avirons, ce changement à la tête de la coopérative est une bombe dans le domaine économique et agricole. Cette "institution" dans la commune, principale pourvoyeuse d'emplois sur les Avirons dans le secteur privé, attise les conversations dans la ville. C'est un bastion qui s'effondre, mais il semble nécessaire qu'elle soit gérée par un avironnais, cette coopérative inscrite dans le coeur des locaux. La plupart de nos anciens disposent d'une part dans la coopérative des Avirons. Beaucoup ont encore du mal à accepter la transition avec Gamm Vert, résolument tourné vers le commerce à tout va. Cette mutation exigeait certainement une présence plus régulière sur le lieu de travail du président. L'usure du pouvoir, 23 ans a la tête de ce fleuron agricole, était peut être devenue source d'immobilisme.  

 Jean François Rivière reste tout de même celui qui a transformé cet outil, passant d'une petite coopérative de quartier exclusivement réservée aux agriculteurs et éleveurs, à une entreprise implantée sur la Réunion toute entière, à travers Gamm Vert.   

 Zavirons Infos


Le Père Martin, un prêtre au service des plus pauvres!

 Ce vendredi matin, à l'initiative de l'association des "Amis du Père Martin", se déroulait la bénédiction de la stèle  dédiée au père Martin, en présence notamment de Mgr Aubry et d'un archevèque de Toulouse, suivi d'une messe à l'église du Tévelave. Ce travail, entamé par Mme Delmas, est un devoir de mémoire pour un prêtre qui est gravé dans la mémoire collective avironnaise. Vous trouverez ci-dessous, un bref historique de la vie du Père Martin :

"Auguste Martin est né à Issoudun dans l'Indre le 12 août 1840. Il rentre au séminaire de Bourges afin de poursuivre ses études, et il est ordonné prête le 10 juin 1865.

Le père Martin arrive à la Réunion en décembre 1876.

Le 22 avril 1876, il est nommé curé des Avirons, en remplacement du père Hersent. le père martin est très actif. Il fait construire des chapelles aux Avirons, afin de rapprocherles fidèles des lieux de culte. 

Ses sermons sur le travail du dimanche et la catéchèse des noirs et leur alphabétisation, dérangent les propriétaires conservateurs. Il lutte contre la franc-maçonnerie et participe à la vie politique.

Les puissants propriétaires interpellent l'évêque à son sujet. Il est convoqué et on tente de le raisonner. Comme sanction, le Père Paillard est nommé pour le remplacer, mais le Père Martin bénéficie du soutien de la population. Alors, il s'oppose à la décision de l'autorité religieuse, casse la porte de l'église pour faire sa messe. D'emblée, il est arrêté pour troubles publics. Il ferra deux mois de prison à St-Pierre.

A sa sortie de prison, il a un poste au bout de l'Etang St-Paul.

En janvier 1885, il n'a plus le droit de célébrer la messe. Il rejoint les Avirons le 16 janvier de cette même année où il s'installe dans une petite maison près de la chapelle qu'il a fait construire au Tévelave, là où il y a la "Grotte du Père Martin", et continue de célébrer des messes clandestines.

Il décède le 6 janvier 1888 et enterré aux Avirons dans une fosse commune.

En 1938, le Père Bruguière réhabilite le Père Martin, ses restes sont exhumés. Il repose dans le mausolée construit derrière l'église des Avirons, lieu de pélerinage et de prière très frénquenté.

Le 22 août 2010, une plaque commémorative est inaugurée au lieu dit la "Chapelle". Cette stèle atteste l'attachement des paroissiens à ce prêtre qui finalement n'a officié que 5 ans Avirons, mais y a laissé une trace indélébile.

Le 6 janvier 2012, la stèle dédiée au Père Martin est bénie par Mgr Aubry, suivi d'une messe à l'église du Tévelave."

 

Proposition éducation : un nouveau collège pour Les Avirons

Le collège Adrien Cadet des Avirons est l'un des deux plus vieux collèges de la Réunion. Plus de 50 ans!

P2040374

Lire la suite

Départementales- Proposition 2 : Elargissement du pont Bananes

Aménagement routier

Le pont Bananes n'est plus adapté à la population actuelle devenue importante sur cet axe routier. Une forte augmentation de la population au dessus du complexe sportif ces dernières années occasionne un ralentissement de la circulation.

De plus, le Tévelave, zone touristique, est bien fréquenté le week-end et les vacances.

En 2015, il est urgent de réfléchir à une solution sérieuse.

P2040368

 

Lire la suite

Départementales- Propositions en faveur des personnes âgées

- Les associations de personnes âgées ne sont pas suffisamment accompagnées par le conseil général.

- La fin des dispositifs d'accompagnement des CCAS (ex : contrat d'aide aux communes,...)affaiblit le partenariat indispensable avec les acteurs sociaux de proximité. Ces outils avaient permis aux communes dynamiques de bénéficier de financements pour rendre accessible les établissements recevant du public.

- L'aide pour l'amélioration de l'habitat n'est pas suffisamment souple et adaptée aux problématiques des personnes âgées.

- Un manque criant de structures d'accueil pour personnes âgées dépendantes. Le sud-ouest est le grand oublié dans ce secteur. L'offre de structures médico-sociales est inégalement répartie sur notre territoire.

Lire la suite